WEBSITES LES MIRACLES DU CURAN
BIOGRAPHIE DE L'AUTEUR ADNAN OKTAR

SA VIE, SON OEUVRE


Né à Ankara en 1956, Adnan Oktar publie ses ouvrages sous le pseudonyme de Harun Yahya.
Dès l'université, il consacre sa vie à narrer l'existence et l'unicité de Dieu tout-puissant et à faire connaître les valeurs du Coran. Confronté aux difficultés, Adnan Oktar n'a jamais douté et malgré l'oppression dont aujourd'hui encore il fait l'objet, il poursuit sa lutte intellectuelle, faisant preuve d'une grande patience et de détermination.

Biographie succincte d'Adnan Oktar :

Né à Ankara en 1956, Adnan Oktar y vécut durant ses années lycéennes, période où sa dévotion à l'égard des valeurs morales de l'Islam s'est renforcée. Il approfondît sa connaissance de l'Islam, en étudiant les travaux des plus éminents savants musulmans dans le but de transmettre les valeurs morales de l'Islam ; un ensemble de connaissances fait de beauté et de vérité.

Il poursuit ses études et en 1979 il entre à l'université de Mimar Sinan d'Istanbul où il est reçu troisième de sa promotion devant des milliers de candidats. Adnan Oktar est un artiste talentueux, qui dès sa plus tendre enfance considère l'expression artistique comme une manifestation de la création parfaite de Dieu. Adnan Oktar peint de temps à autre des toiles aux thèmes surréalistes pour ensuite les offrir à ses amis. Qui plus est, il cumule les centres d'intérêts : animaux, plantes, fleurs, horticulture, décoration d'intérieur et arts décoratifs.

Les années universitaires "Mimar Sinan"


Lorsqu'Adnan Oktar entre à l'université de Mimar Sinan, cet établissement est sous influence de nombreux mouvements clandestins marxistes et communistes. Les mouvances agressives athées et matérialistes prédominent parmi les étudiants et le personnel enseignant de l'université. En effet, quelques membres du corps enseignant ne manquent jamais une occasion de propager une philosophie matérialiste et darwiniste, même si tout ceci n'a rien à faire dans les programmes.

Ce milieu ne respectait ni la religion, ni les valeurs morales, tout en les rejetant dans leur quasi-totalité. La vision matérialiste prédominait. Adnan Oktar se mit alors à démontrer autour de lui l'existence et l'unicité de Dieu, il était la seule personne à prier ouvertement à la mosquée "Molla" proche de l'université.

Comme sa mère le raconte - la nuit, Adnan Oktar ne dormait que quelques heures et passait le reste de son temps à lire en prenant des notes et à écrire. Il lisait des centaines d'ouvrages y compris ceux traitant des philosophies marxistes, léninistes, maoïstes ainsi que celles communistes et matérialistes. Il fit des études poussées en lettres classiques, approfondissant également ses connaissances en littérature ancienne. Il effectua par ailleurs d'importantes recherches sur la théorie de l'évolution - la prétendue base scientifique de ces idéologies. Adnan Oktar rassembla des quantités considérables de documents et d'informations précises mettant en évidence un dilemme grandissant auquel devaient faire face ces superstitieuses philosophies - dilemmes, contradictions et contrevérités, tout ceci s'axait sur la négation de Dieu - il utilisa cette somme de connaissances en invitant les hommes à découvrir la réalité et la vérité. Il fit part de l'existence et de l'unicité de Dieu, des valeurs morales du Coran, à tous, étudiants et personnel universitaire. Lors de ses repas au restaurant universitaire et des intercours, il s'évertuait à démontrer les tromperies scientifiques des matérialistes et des darwinistes, en se référant à leurs propres écrits.

Adnan Oktar attachait une importance particulière à la réfutation de la théorie évolutionniste. Il avait en effet remarqué que depuis la première apparition de cette théorie, le darwinisme était protégé par le matérialisme et l'athéisme. Conscient du fait qu'aujourd'hui ces mêmes milieux défendent le darwinisme et tentent inlassablement de le maintenir sur le devant de la scène pour des raisons idéologiques, Adnan Oktar estime que son éradication portera un coup fatal à ces mouvances.

Première brochure : un coup dur pour le darwinisme

A cette fin, Adnan Oktar s'appliqua à prouver le caractère non valide de cette tromperie qui depuis plus d'un siècle, éloigne les hommes des valeurs religieuses et morales. Il se rendit compte du fait suivant : puisque le darwinisme se réclamait de la science, le moyen le plus efficace de le démasquer, c'était par la science. Partant de ce principe, il publia une brochure intitulée La théorie de l'évolution, un résumé issu de ses recherches minutieuses et de ses études, il prit personnellement en charge tous les frais d'impression (grâce à la vente d'une propriété héritée de sa famille), pour ensuite distribuer gratuitement ce document aux étudiants.

Dans un style simple et limpide, cette brochure démontrait que la théorie de l'évolution est une supercherie, sans aucune valeur scientifique. De nombreuses personnes qui ont lu cette brochure et se sont entretenues avec Adnan Oktar admettent, que tout être vivant ne peut être le simple fruit du hasard, et que seul Dieu tout-puissant a créé l'univers et chaque être vivant.

Néanmoins, quelques étudiants de l'université, aveuglément dévoués à la pensée matérialiste, continuaient de nier l'évidence, ce après avoir vu clairement la vérité. Quelques étudiants militants menacèrent ouvertement Adnan Oktar, lui faisant comprendre qu'il mettait sa vie en danger à moins qu'il ne cesse immédiatement ses activités. Mais cela ne fit qu'augmenter la détermination et la dévotion d'Adnan Oktar envers Dieu. Les vives réactions des matérialistes et leurs inquiétudes démontraient de toute évidence qu'Adnan Oktar était sur la bonne voie.

Dans une université où régnait la terreur, dominée par les mouvements athées et matérialistes, les étudiants étaient harcelés du seul fait de leur attachement à la religion. Durant ces années en Turquie, où de nombreux jeunes furent cruellement éliminés en raison des pressions idéologiques, Adnan Oktar appelait ouvertement à l'unicité de Dieu et à comprendre la nature véridique du Coran. Dans une université où personne n'avait le courage d'afficher ouvertement sa foi, Adnan Oktar continua à se rendre régulièrement à la mosquée pour prier, tout en restant impassible face aux réactions hostiles et aux menaces.

La diffusion des valeurs morales et religieuses a l'université de Mimar Sinan



Quand Adnan Oktar commença à transmettre aux autres les valeurs de l'Islam, il était seul. Pendant plus de trois ans, à l'université de Mimar Sinan, nul ne se rallia à sa cause, ce qui n'altéra en rien sa détermination. Sachant que Dieu était son seul véritable ami, il fit tout cela afin de gagner Son agrément.

Il consacra tout son temps et son énergie à un seul objectif : plaire à Dieu, gagner Sa miséricorde et le paradis, et bien sûr faire découvrir à l'humanité les valeurs morales et religieuses.

En 1982, Adnan Oktar fut rejoint par une poignée d'étudiants de l'université de Mimar Sinan pour le soutenir dans sa lutte intellectuelle. Au fil des mois un nombre croissant de personnes adhéra à ces idées. Adnan Oktar a énormément discuté avec ces jeunes gens sur l'amour de leur pays ; l'importance à suivre la voie du grand leader Atatürk ; les preuves de la création ; les valeurs morales exemplaires de notre Prophète (pbsl) ; les enseignements et les valeurs morales du Coran ; ainsi que le rejet des idéologies dominantes telles que le matérialisme, l'athéisme et le darwinisme. Dès lors, Adnan Oktar fut l'élément moteur d'un mouvement qui rassemble de nombreuses personnes

La première campagne de dénigrement et de torture dans un hôpital psychiatrique


Ses travaux intellectuels opposés au matérialisme et à l'athéisme ont commencé à susciter des réactions de plus en plus nombreuses. Certains milieux, alarmés par les activités nationalistes et religieuses d'Adnan Oktar, ourdirent un complot d'envergure contre lui. Leur conspiration coïncida avec la publication de l'ouvrage d'Adnan Oktar Judaïsme et franc-maçonnerie lequel fit grand bruit.

Au cours de l'été 1986, Adnan Oktar fut arrêté pour avoir déclaré dans une entrevue accordé à un journal "J'appartiens à la nation turque et à la communauté d'Abraham". Toujours conditionnés par les milieux mentionnés ci-dessus, rapports mensongers, fausses informations et calomnies à son encontre commencèrent à apparaître et à alimenter les pages de diverses publications.

Dans un premier temps, Adnan Oktar fut arrêté et emprisonné, puis transféré à l'hôpital psychiatrique de Bakirkoy pour troubles psychologiques et placé pour la première fois en observation dans le pavillon 14A, pavillon mal entretenu et insalubre qui servait à l'enfermement des plus dangereux détenus. On ne pouvait accéder au pavillon 14A, qu'après avoir franchi une série de portes en acier, toutes fermées à double tour : des tueries s'étaient en effet produites entre les malades, fait banal aux yeux de tous. Adnan Oktar fut enchaîné à son lit par les chevilles puis forcé à absorber des médicaments qui ont pour effet de brouiller l'esprit. Ses jeunes condisciples qui furent autorisés à lui rendre visite, affirmèrent qu'il n'avait en rien perdu de sa détermination et de son enthousiasme. Quant aux autres, étudiants de 3ème cycle, infirmiers et médecins, tous étaient interdits de visite, il n'était pas question de les laisser être influencés par les valeurs morales de l'Islam. Peu après, sa famille et ses proches furent également interdits de visite et de tout contact téléphonique. On le menaça de passer le reste de sa vie dans cet hôpital s'il n'abandonnait pas ses activités. Certains milieux suggérèrent fortement que s'il cessait la publication de son ouvrage Judaïsme et franc-maçonnerie, Adnan Oktar pourrait immédiatement quitter cet hôpital et retrouver sa liberté, pour passer le reste de sa vie dans l'aisance. Des compensations financières lui furent également proposées, s'il acceptait de leur remettre tous ses travaux et ses livres. Mais il rejeta toutes ces offres, refusant de plier face aux menaces et aux pressions qui n'eurent pour seul effet que de renforcer sa détermination.

Après 19 mois de détention, le Bureau du procureur estima qu'il n'y avait "aucune offense dans les propos d'Adnan Oktar". Il fut innocenté et libéré.

Durant cette période, Oktar continua son travail en révélant que le darwinisme était une terrible supercherie. En 1986, il rassembla toutes ses recherches entreprises sur le vrai visage du darwinisme pour en faire un livre intitulé Créatures et Evolution, qui a été pendant des années, l'unique référence démontrant l'inadmissibilité scientifique de la théorie de l'évolution.

L'affaire machiavélique de la cocaïne


De nouveau, au milieu de l'année 1991, Adnan Oktar fut la cible d'une machination orchestrée par certains milieux exaspérés par ses activités intellectuelles. A l'époque, il préparait l'un des plus importants livres sur l'histoire de la franc-maçonnerie et des organisations mondiales maçonniques. La police perquisitionna au domicile qu'il partageait avec sa mère à Ortakoy, un quartier d'Istanbul, ils découvrirent dans le "premier" livre qu'ils prirent, un paquet de cocaïne - dans une bibliothèque qui contenait environ 2.000 ouvrages !

Adnan Oktar fut immédiatement mis en détention à Izmir où il était allé avec quelques alliés dévoués à sa cause, puis il fut transféré à la Direction de la Sécurité d'Istanbul. Après 62 heures de garde à vue, il fut envoyé à l'Institut de Médecine Légale pour un dépistage anti-drogues. On annonça alors que les analyses de sang d'Adnan Oktar révélaient la présence d'un taux élevé de cocaïne.

Cependant, il fut reconnu par la suite que toutes les charges qui pesaient sur lui n'étaient rien d'autre que pure calomnie ; et que la cocaïne prétendument trouvée dans la bibliothèque d'Adnan Oktar faisait partie de cette machination. Peu avant son interpellation, il pressentait que des mouvements occultes complotaient contre sa personne. En quittant son domicile à Ortakoy, il appela sa mère Mediha Oktar pour l'avertir d'une probable cabale qui se tramait contre lui et lui demanda de nettoyer la maison et de l'inspecter en présence de quelques témoins. Sa mère fit donc appel au voisin et au concierge, et ils nettoyèrent ensemble la maison de son fils de haut en bas, époussetant tous les livres de la bibliothèque. Bien qu'Adnan Oktar ne soit pas rentré chez lui depuis ce nettoyage, 16 officiers de police "découvrirent" lors de leur perquisition un paquet de cocaïne parmi ses livres, alors qu'ils venaient tout juste de pénétrer à son domicile. Plus tard, le voisin et le concierge firent une déposition sous serment, en affirmant conjointement "qu'ils avaient nettoyé la bibliothèque d'Adnan Oktar ensemble, et qu'il n'y avait aucun paquet à cet endroit."

Deuxième acte de cette cabale - les traces de cocaïne décelées dans l'organisme d'Adnan Oktar - a été réfuté par des preuves scientifiques et des expertises médico-légales. Adnan Oktar a été mis en garde à vue au Quartier général de la Sécurité pendant 62 heures, avant que ces analyses ne soient pratiquées. Il est cependant scientifiquement possible de calculer la quantité de cocaïne qu'un homme a prise et depuis combien d'heures en mesurant le taux de cocaïne dans son sang. Pour Adnan Oktar, le taux était si élevé qu'il est certain que l'absorption d'une telle quantité de cocaïne 62 heures avant, l'aurait tué. Ce qui prouve que la cocaïne était dans son organisme bien plus récemment, elle avait en effet été mélangée à sa nourriture lors de sa garde à vue.

Ceci fut confirmé par une trentaine d'instituts internationaux de médecine légale, y compris par Scotland Yard. Leur réponse au dossier à charge "Adnan Oktar" fut identique : la cocaïne avait été administrée à Adnan Oktar en étant mélangé à sa nourriture pendant sa détention.

Quelque temps après, l'Organisme de Médecine légale turc confirma que cet incident était la conséquence d'une machination, et que la cocaïne avait bien été administrée durant sa période de détention, Adnan Oktar fut donc disculpé par la cour et remis en liberté.

Cependant, cet incident révéla que des forces hostiles à Adnan Oktar avaient l'intention d'user de tous les moyens possibles à son encontre, même des pires. Ces forces, qui auparavant avaient tenté d'intimider Adnan Oktar en le jetant en prison et en l'opprimant sans cesse, complotaient maintenant contre lui.

 

Le temps de l'écriture


Après 1991, Adnan Oktar consacre tout son temps à l'écriture, en restant chez lui.

Sous le pseudonyme de Harun Yahya, il écrit une centaine de livres d'une valeur inestimable. Les ouvrages qui réfutent scientifiquement le darwinisme sont ceux qui provoquèrent de vives réactions au sein de la communauté scientifique. Dans le magazine New Scientist daté du 22 avril 2000, Monsieur Adnan Oktar fut élevé au rang de "Héro International" pour son travail sur les réalités de la création bien au-delà du mensonge de l'évolution. La lutte intellectuelle de l'auteur contre le matérialisme et le darwinisme a souvent été mentionnée dans les principales publications évolutionnistes telles que le National Geographic, Science, New Scientist et le NSCE Reports. Les éditions anglaises et allemandes du National Geographic de novembre 2004 firent référence à son travail sur les réalités de la création, en citant un passage de son livre Le mensonge de l'évolution : "La théorie de l'évolution n'est rien d'autre qu'une tromperie imposée par les maîtres du système planétaire."

Les livres d'Adnan Oktar ont été traduits dans de nombreuses langues, y compris l'anglais, le français, l'allemand, l'italien, l'espagnol, le portugais, l'urdu, le chinois, l'arabe, l'albanais, le russe, le serbo-croate, l'uigur, l'indonésien, l'azéri, le bengali, le bulgare, le danois, le polonais et le malais, ils sont très appréciés par son lectorat dans de nombreux pays à travers le monde de l'Italie à l'Amérique, de la Grande Bretagne à l'Indonésie, de la Pologne à la Bosnie, de l'Espagne au Brésil.

A travers ses livres, un grand nombre de personnes ont réussi à prendre conscience de leur foi et à la consolider au plus profond de leur être. Toute personne qui lit et étudie ses travaux, est touchée par ce style unique, compréhensible par tous, plein de sincérité et de sagesse. Chaque livre décrit des faits avérés et incontestables, présentés avec honnêteté et clarté, que nul ne peut réfuter - une disposition qui provient sans aucun doute d'une sagesse saisissante, un don de Dieu.

De nouveau victime de l'oppression


Différents milieux s'alarmèrent de plus en plus de son altruisme. Incapables de réfuter les travaux d'Adnan Oktar sur le plan intellectuel, les milieux matérialistes et maçonniques furent à l'origine d'une campagne de diffamation dans le but avéré de contrecarrer tous travaux scientifiques susceptibles de nuire à la théorie de l'évolution, en y coupant court par la calomnie et les allégations.

En novembre 1999, au moment même où la rumeur circulait au sujet de la publication prochaine en trois volumes d'un ouvrage intitulé La franc-maçonnerie mondiale, Adnan Oktar fut de nouveau victime de l'oppression. Ces mêmes forces, qui tentèrent de freiner la diffusion des valeurs morales religieuses par la calomnie, le complot, la diffamation et les accusations, depuis le premier engagement d'Adnan Oktar dans cette bataille intellectuelle, refaisaient surface une fois de plus.

De par leur acharnement et leurs fausses affirmations, le 12 novembre 1999, une descente de police fut menée aux domiciles et sur les lieux de travail des membres de la Fondation de Recherches Scientifiques. Ils n'y trouvèrent aucune trace d'une quelconque activité criminelle ou contraire aux bonnes mœurs. Néanmoins, jour après jour, la presse se fit l'écho d'incroyables mensonges et de calomnies contradictoires. Ce qui se solda par neuf mois d'emprisonnement pour Adnan Oktar, sans aucune preuve à charge.

Au cours de toutes ces épreuves, Adnan Oktar fut toujours un modèle de patience, de dévotion et de soumission à Dieu, rappelant qu'au cours de l'histoire, les croyants ont tous été éprouvés par des événements similaires, et que tout ce qui peut arriver dans notre vie a été déterminé par Dieu dans Sa grande sagesse, on y voit là un signe de bon présage. Peu importe la destinée des croyants, Adnan Oktar les a toujours encouragés à être modérés, à faire preuve d'une belle détermination, et à se soumettre à la volonté de Dieu.

Il a toujours été miséricordieux et compatissant envers les hommes qui ont comploté dans le seul but de salir son nom par des calomnies irrationnelles et illogiques. Agissant à la lumière des principes de moralité révélés par Dieu dans le verset suivant "Repousse (le mal) par ce qui est meilleur" (Coran, 41 : 34), Adnan Oktar fut le 12 novembre 1999, totalement innocenté par la cour de toutes les accusations qui pesaient sur lui. Aujourd'hui il continue son engagement à travers ses activités littéraires, invitant ses lecteurs à vivre sur le principe de bonnes valeurs morales.